au Macki music festival 2017

 

J’ai commencé ce mois de juillet de la meilleure des manières en allant au Macki Festival ! C’était la première fois que j’y allais, j’ai connu ce festival par Tsugi, Greenroom qui en avaient dit du bien sur Facebook l’année dernière. Je suis plutôt habituée aux grands festivals comme Rock en Seine ou Solidays que j’ai pu faire plusieurs fois. Cette année je voulais quelque chose de différent, un festival plus petit, à « taille humaine » comme les médias aiment si bien dire. A seulement une heure de Paris, dans le parc de Carrière sur Seine et sa musique électronique le Macki festival était une évidence !

Le Macki c’est quoi ? C’est la contraction de Mamie’s et Cracki records deux collectifs parisiens qui ont lancé ce festival il y a maintenant 4 ans. On est loin des têtes d’affiches des grands festivals et c’est ce que je voulais. J’ai beaucoup aimé le Macki par la bonne ambiance des festivaliers qui étaient là pour profiter du son. Certains festivals comme Solidays sont devenus très mainstream et les gens semblent plus y aller pour se montrer que pour la musique.

Concernant la programmation, je ne connaissais pas grand monde, mis à part le camion bazar et le groupe Cortex. Lorsqu’on est arrivés samedi (premier jour du festival) le camion bazar et un autre collectif jouaient déjà. C’était super sympas et éclectique : du disco, funk, et même de la country le tout mixé façon électro dansant bien sur ! Ensuite en début de soirée, Cortex a joué sur la scène live. C’était un très bon concert, j’ai adoré le papy qui jouait du clavier et qui est, je pense, le fondateur du groupe. Il racontait sa vie et des blagues entre chaque chanson, c’était super cool car j’aime quand  l’artiste interagit avec son public. Le groupe a joué (bien évidemment) La Rue, Troupeau Bleu et c’était groovy comme jamais !

 

In love de ce papy 😍

Le seul point négatif que j’ai à souligner, c’est l’accès du festival depuis la gare. Une navette était prévue pour nous emmener jusqu’au lieu cependant il fallait encore marcher une petite dizaine de minutes avant de rentrer véritablement au festival. Mise à part cette trotte, le festival est très bien organisé peut-être trop haha. Le CM du Macki était bien trop actif sur Facebook, à raison d’une notification par jour sur des informations (parfois inutiles) de  l’event ! J’ai vite désactivé les notifs, car ça m’a vite soulée, allez sans rancune !

Ce festival était aussi l’occasion de sortir avec mon frère. Je n’ai l’habitude d’aller en soirée avec lui alors que je sais que c’est un bon fêtard, donc c’était vraiment cool d’aller au festival en sa compagnie haha.

Grace & Mila

Grace & Mila est une marque de vêtement parisienne que j’ai découvert grâce à mon amie Laurianne, car elle y travaille en tant que stagiaire. J’ai eu l’occasion de poser pour la marque. En effet, l’enseigne a mis en place le concept « Grace & Mila meet » qui consiste à promouvoir leurs vêtements en photographiant des filles normales  c’est-à-dire des personnes n’ayant pas d’expérience dans mannequinat comme moi. Je trouve que c’est une bonne idée car cela permet de créer une proximité avec les clientes et la marque, car ce sont des filles de toute taille et morphologie qui vont porter ces vêtements au final.

C’était la première fois que je posais pour une marque (du haut de mes 1m57 c’est plutôt difficile d’avoir une carrière de mannequin haha) et c’était une superbe expérience. J’étais avec mon amie Amélie et on s’est beaucoup amusées à poser dans le showroom de la marque. Au début, c’était assez difficile de poser tout en restant naturelle, on a tendance à se crisper et sourire bêtement mais la photographe a réussi à nous détendre. Au final, la photo postée sur Facebook et Instagram est très spontanée.

Au-delà de cette séance photo, j’aime beaucoup les vêtements que propose Grace & Mila. J’ai acheté deux robes, une rouge à motifs fleuris parfaite pour l’été et une robe chasuble dont j’ai toujours rêvé d’avoir ! Les coupes sont belles et très bien ajustées. Il y a une belle collection  de vêtements sobres avec des chemisiers et blouses classiques mais on y trouve tout aussi bien des robes et shorts plus décontractés. C’est un style adapté aux femmes et filles d’aujourd’hui.

La livraison n’est gratuite qu’à partir de 70€ d’achat et se fait par colissimo. C’est très pratique car les colis arrivent vite avec ce type de transporteur. On peut choisir un paquet avec un joli ruban pour 2,50€ de plus (voir photo en dessous) je trouve que c’est une bonne idée pour celles qui veulent offrir des cadeaux. En plus de cela, un tote bag est offert !

 

Pour finir, je recommande cette marque qui propose des vêtements de qualité avec de belles coupes et matières. J’aime leur style qui me rappelle certaines marques telles que Claudie Pierlot ou Comptoir des cotonniers mais avec des prix un peu plus accessibles.

cliquez ici pour découvrir leur site internet.

Lemaitre – Chapter one

Contrairement à son nom à consonance française, Lemaitre est un groupe originaire d’Oslo. Ce duo norvégien vient de sortir son premier album Chapter One. J’ai découvert Lemaitre sur Soundcloud par hasard l’été dernier. C’est un groupe d’indie électronique qui cultive des sonorités qui s’apparentent à ceux des jeux vidéo japonais comme l’univers Mario Bros. D’ailleurs leur identité visuelle est très colorée et colle bien à leur style musical. Dans leurs inspirations, Lemaitre cite Miyazaki, Justice et Deadmau5 et cela se ressent assez bien dans leur musique. Sans oublier que ce duo propose toujours des clips vidéos assez loufoques! Comme d’habitude, je sélectionne 5 chansons pour vous présenter ce groupe.

Closer 

C’est leur premier tube de Lemaitre et leur chanson la plus connue.J’adore mettre ce morceau quand je fais du sport surtout quand je cours sur le tapis roulant car l’intro donne la pêche et de la motivation!

We got U 

j’avais découvert Lemaitre l’été dernier avec ce morceau sur Soundcloud. J’avais beaucoup écouté cette chanson avec un autre titre qui s’appelle « Day Two ». C’est un titre sympathique, et j’aime beaucoup les paroles qui se rapportent à l’amitié.

« If you need something to brighten up your night
And make you feel alright
You know we got you, you know we got you »

 

Cut to black 

C’est le premier titre de leur album Chapter One, j’aime beaucoup l’intro et je trouve que ce morceau résume bien l’univers musical de Lemaitre avec le clavier qui est très présent et qui donne la mélodie dans la plupart de leurs chansons. Dans les mêmes tonalités, cette chanson peut se rapprocher de « blue shift » tiré du même album.

Stepping stone

La voix de la chanteuse me fait beaucoup penser à la chanson “let go” de Frou Frou. C’est un morceau assez différent de ceux précédemment cités et qui est un peu plus électro.

 

Time to realize  

C’est peut être bien ma chanson préférée de l’album, je pense que c’est un titre que j’écouterai beaucoup cet été. Il est dansant comme j’aime, et efficace!

 

Pour conclure, Lemaitre signe un bon premier album, avec de très bonnes chansons indie électronique dansantes parfaites pour l’été. Des sonorités entrainantes et joyeuses. Je dirai même que beaucoup de leurs chansons pourraient très bien être utilisées pour des publicités télé. Je verrai bien Evian ou Vittel promouvoir leurs produits sur un de leurs titres. Néanmoins je trouve que plusieurs morceaux se ressemblent car justement Lemaitre utilise souvent les mêmes sonorités.

 

 

CE QUE J’AI ÉCOUTÉ EN MAI 2017

Ce mois de mai a été marqué par un retour aux sons Rnb des années 2000 avec notamment Nelly, les Destiny Childs et R Kelly.  Ça m’a fait un bien fou de réécouter ces vieux titres à fond et de chanter parfois en yaourt haha. Dans un autre registre, j’ai découvert l’artiste NoMBe avec son morceau Seminole, qui me fait penser à la fois à Chet Faker et au XX. J’ai aussi découvert, deux autres titres d’Izzy Bizzu (j’ai fait un article sur elle dans le « portrait du mois ») encore une fois elle m’a bluffé son talent.

clap de fin pour American Apparel

 

C’est officiel, American Apparel ferme ses boutiques. Mais bonne nouvelle, vous avez jusqu’au 27 mai pour faire vos dernières emplettes et profiter des 50% de réduction valable dans tous les magasins !

La firme américaine, ne réalisait plus de profit depuis 2009 et a été placée redressement judiciaire en 2015. La société Canadienne Gildan (qui fabrique des vêtements de sport) a racheté la marque au début de l’année 2017. Cependant elle a décidé d’arrêter la production et de vendre les stocks.

Fidèle cliente de marque, j’ai voulu m’intéresser à son histoire et comprendre les raisons de ce déclin.

Les origines d’American Apparel

Dov Charney a fondé American Apparel en 1989. Initialement créée au Canada elle s’est néanmoins développée à Los Angeles où elle trouve son siège social et son usine.

Une marque sulfureuse… 

American Apparel a souvent été au cœur de nombreuses polémiques liées à sa communication et à son fondateur.

Lorsqu’on s’arrête de plus près sur les spots publicitaires de la marque, on s’aperçoit que les modèles sont souvent dénudés et posent de manière suggestive, on qualifie cela de « soft porn ». American Apparel avait même engagé des actrices pornographiques pour ses campagnes publicitaires.

Par ailleurs, le fondateur de la marque, Dov Charney, a été lui-même sujet à de polémiques plus grave. Il a été accusé d’agressions sexuelles, ces affaires ont gravement nuit à la marque, car beaucoup d’argent a été utilisé pour payer les frais d’avocat.

… Mais engagée

American Apparel est néanmoins engagée à de nombreuses causes  environnementales et civiles.

Tout d’abord, la marque est très connue pour soutenir la cause LGBT, elle s’est notamment associée avec l’association Legalize Gay. Plus récemment, American Apparel, s’est brillamment moquée du slogan de Donald Trump, lors des élections présidentielles, en réalisant des tee-shirt « Make America Gay Again »

La marque défend aussi les droits des immigrés latinos qui composent, principalement,sa main d’œuvre basée à Los Angeles. En 2002, Dov Charney a lui-même assisté à un rassemblement pro-immigration au centre-ville de LA.

Un peu moins connue, AA s’est également engagée sur des causes environnementales. En effet, l’enseigne utilise 80% de coton bio dans la fabrication des vêtements.

Malgré ces polémiques, j’ai toujours une affection pour la marque et ses produits iconiques qui ont fait son succès et son identité.

Les iconiques de la marque

L’incontournable sweat à capuche

Qui n’a jamais acheté leur sweat à capuche A.A. au collège, ces sweats étaient tellement à la mode en 2008, impossible de passer à côté !

La Jupe tennis 

Cette jupe a un coté à la fois sport wear et casual. On peut la porter le jour avec tee shirt blanc ou pour une soirée avec un body ou un haut de couleur noir.

Le pull Fisher man 

Il existe un modèle unisexe et une version crop-top plus féminine. J’adore ces pulls en laine qui ont une belle coupe et finition, je ne peux pas m’en passer pendant l’hiver!

 

American Apparel disparait ainsi en 2017. Son style casual et ses campagnes publicitaires provocantes n’auront pas suffit à la société Gildan de redorer son blason.