Jabberwocky – mon top 5

A l’occasion de leur nouvel album MAKE MAKE qui sortira le 8 septembre, j’ai voulu présenter mes 5 titres préférés de Jabberwocky.

Ce trio originaire de Poitier est présent sur la scène électro-pop depuis 2013. Jabberwocky a sorti son premier album Luna Lane en 2016 et a récemment sorti un EP au début de l’année 2017. Je suis ce groupe depuis un moment, et c’est totalement je style de musique que j’écoute et que j’aime.

Photomaton

On commence par ce top 5 par leur single Photomaton. Je trouve que ce morceau représente bien le style du groupe, une ambiance electro-pop, une voix entrainante et des sonorités aux airs futuristes.


Holding up

Une balade qui nous emporte avec la voix suave de Na Kyung Lee.

Pola

C’est ma chanson préférée de Jabberwocky, je l’ai écoutée un nombre incalculable de fois.Tout est magnifique dans ce morceau, la voix, les paroles et la sono, et pour couronner le tout, le clip et joué par sublime Golfiteh Farahani !

 

Alastor ft Mai Lan

Extrait de leur premier album, j’aime c’est assez punchy j’adore l’écouter quand je marche ça me donne de l’assurance. La voix de Mai Lan est entrainante

Late night

 Extrait de leur dernier EP make sortie en début de cette année. La voix est entrainante, on sent un virage beaucoup plus electro comparé aux précédents morceaux.

1 an après mon échange universitaire

Il y a un an, je m’envolais pour Taipei (la capitale de Taiwan) pour échange universitaire. Je n’étais pas stressée ou triste de partir, au contraire, j’avais hâte de démarrer ce chapitre de ma vie.

Pourquoi l’Asie et Taiwan ?

D’abord je voulais absolument partir, car j’en avais un peu marre de Paris et j’avais envie de voyages et de prendre mon indépendance. Je vivais chez mes parents et je voyais tous mes amis partir en Erasmus ou quitter Paris pour la Province pour leurs études. Je voulais avoir ma propre expérience « solo » me prouver que je pouvais vivre seule.

L’Asie était pour moi une évidence. J’y été allée plusieurs fois car ma sœur a habité à Hong Kong pendant 2 ans, ça m’a permis de visiter quelques pays comme la Chine et la Thaïlande. J’ai adoré l’Asie, ses habitants, sa culture, son mode de vie. Cela me permettait, d’une certaine façon, de me reconnecter avec mes origines asiatiques. C’était donc un environnement qui m’était familier où je savais que me sentirai à l’aise pour les 5 mois à passer.

Je voulais aussi améliorer mon niveau de mandarin sans pour autant aller en Chine. J’avais appris le mandarin quand j’étais petite mais j’ai tout oublié car je ne parle jamais.  Bon j’avoue que je ne me suis pas plus améliorer à Taiwan car je parlais le plus souvent anglais ou français. Mais depuis que je suis rentrée je comprends mieux le mandarin qu’avant.

Taiwan s’est donc imposé naturellement. Je connaissais pas du tout ce pays et je ne connaissais personne sur place. On m’avait dit que les taiwanais étaient super gentils et accueillants. Je peux, aujourd’hui, affirmer que c’est le cas et je conseille cette destination pour tous ceux qui aimeraient faire un échange en Asie !

Ma vie d’étudiante 

Tout s’est passé tellement rapidement, arrivée sur place je n’étais pas non plus livrée à moi-même. Dès que je suis arrivée mon buddy (un étudiant taiwanais de ma fac) est venu de me chercher à l’aéroport. Quand on part en échange ou Erasmus, il existe pleins d’associations étudiantes qui organisent des journées d’inté, des soirées, et même des voyages. On est entouré d’étudiants qui souhaitent également découvrir le pays et rencontrer des gens. Les amitiés se nouent très vite, tout est décuplé et c’est ça qui rend un échange si génial.

A Taipei, j’avais donc ma petite vie, mes amis, ma chambre dans le campus, les cours évidemment (faut bien bosser un peu). J’étais dans ma bulle, ma vie à Paris me paraissait si loin, même si mes proches me manquaient par moment c’est sûr.

C’est assez paradoxal car on est plongé dans une bulle ouverte sur le monde. J’étais entourée de personnes de toutes nationalités.  J’ai vu à quel point le monde pouvait être globalisé et qu’il est important de communiquer, échanger avec autrui. On en ressort que grandi de cette expérience.

 Le retour

Comme pour beaucoup d’étudiants partis en Erasmus ou à l’étranger, le retour fut très difficile. Reprendre le métro parisien, retrouver la pluie et la grisaille la morosité ambiante de la ville. De retour à la Sorbonne rien n’avait changé, sauf moi. Je me retrouvais dans le même amphi assise à la même place. Et comme je n’étais pas là au premier semestre, les étudiants se connaissent tous bien d’autant plus que la promo était petite.

Le plus dur pour moi était de me fixer de nouveaux objectifs, car j’ai mis presqu’un an à planifier ce voyage. Il fallait que je me trouve de nouveaux challenges. Mais rien n’est plus stimulant que de partir dans un pays étranger. Il fallait que je me trouve des activités à côté de la fac, c’est comme ça que j’ai décidé de reprendre plus sérieusement mon blog. Parallèlement j’ai repris le code, après 3 ans haha, et là j’ai commencé la conduite. Je me suis aussi inscrite à la salle de sport, et ce sont ces petits challenges qui m’ont permis de pas trop déprimer et me tenir occupée.

Le bilan

Ça va paraitre hyper cliché, mais j’ai beaucoup appris sur moi grâce à cet échange. D’abord, j’ai appris à me débrouiller : avoir un nouveau numéro de téléphone, prendre le métro, organiser ses voyages. Mine de rien ça a l’air normal quand on vit là-bas et même de manière générale, mais avec le recul, je suis contente d’avoir su gérer tous ces petits trucs par moi-même.

Il m’est plus facile de rencontrer des gens. A force de rencontrer des gens à la fac  ou même pendant mes voyages, je devais toujours me présenter et c’est une chose qui me parait plus naturelle maintenant.

Enfin, j’arrive à prendre plus de recul sur les choses, quand on a été habitué à être entouré par tellement de gens de différents horizons, ça permet de voir les choses dans une plus grande perspective.

 

au Macki music festival 2017

 

J’ai commencé ce mois de juillet de la meilleure des manières en allant au Macki Festival ! C’était la première fois que j’y allais, j’ai connu ce festival par Tsugi, Greenroom qui en avaient dit du bien sur Facebook l’année dernière. Je suis plutôt habituée aux grands festivals comme Rock en Seine ou Solidays que j’ai pu faire plusieurs fois. Cette année je voulais quelque chose de différent, un festival plus petit, à « taille humaine » comme les médias aiment si bien dire. A seulement une heure de Paris, dans le parc de Carrière sur Seine et sa musique électronique le Macki festival était une évidence !

Le Macki c’est quoi ? C’est la contraction de Mamie’s et Cracki records deux collectifs parisiens qui ont lancé ce festival il y a maintenant 4 ans. On est loin des têtes d’affiches des grands festivals et c’est ce que je voulais. J’ai beaucoup aimé le Macki par la bonne ambiance des festivaliers qui étaient là pour profiter du son. Certains festivals comme Solidays sont devenus très mainstream et les gens semblent plus y aller pour se montrer que pour la musique.

Concernant la programmation, je ne connaissais pas grand monde, mis à part le camion bazar et le groupe Cortex. Lorsqu’on est arrivés samedi (premier jour du festival) le camion bazar et un autre collectif jouaient déjà. C’était super sympas et éclectique : du disco, funk, et même de la country le tout mixé façon électro dansant bien sur ! Ensuite en début de soirée, Cortex a joué sur la scène live. C’était un très bon concert, j’ai adoré le papy qui jouait du clavier et qui est, je pense, le fondateur du groupe. Il racontait sa vie et des blagues entre chaque chanson, c’était super cool car j’aime quand  l’artiste interagit avec son public. Le groupe a joué (bien évidemment) La Rue, Troupeau Bleu et c’était groovy comme jamais !

 

In love de ce papy 😍

Le seul point négatif que j’ai à souligner, c’est l’accès du festival depuis la gare. Une navette était prévue pour nous emmener jusqu’au lieu cependant il fallait encore marcher une petite dizaine de minutes avant de rentrer véritablement au festival. Mise à part cette trotte, le festival est très bien organisé peut-être trop haha. Le CM du Macki était bien trop actif sur Facebook, à raison d’une notification par jour sur des informations (parfois inutiles) de  l’event ! J’ai vite désactivé les notifs, car ça m’a vite soulée, allez sans rancune !

Ce festival était aussi l’occasion de sortir avec mon frère. Je n’ai l’habitude d’aller en soirée avec lui alors que je sais que c’est un bon fêtard, donc c’était vraiment cool d’aller au festival en sa compagnie haha.

Grace & Mila

Grace & Mila est une marque de vêtement parisienne que j’ai découvert grâce à mon amie Laurianne, car elle y travaille en tant que stagiaire. J’ai eu l’occasion de poser pour la marque. En effet, l’enseigne a mis en place le concept « Grace & Mila meet » qui consiste à promouvoir leurs vêtements en photographiant des filles normales  c’est-à-dire des personnes n’ayant pas d’expérience dans mannequinat comme moi. Je trouve que c’est une bonne idée car cela permet de créer une proximité avec les clientes et la marque, car ce sont des filles de toute taille et morphologie qui vont porter ces vêtements au final.

C’était la première fois que je posais pour une marque (du haut de mes 1m57 c’est plutôt difficile d’avoir une carrière de mannequin haha) et c’était une superbe expérience. J’étais avec mon amie Amélie et on s’est beaucoup amusées à poser dans le showroom de la marque. Au début, c’était assez difficile de poser tout en restant naturelle, on a tendance à se crisper et sourire bêtement mais la photographe a réussi à nous détendre. Au final, la photo postée sur Facebook et Instagram est très spontanée.

Au-delà de cette séance photo, j’aime beaucoup les vêtements que propose Grace & Mila. J’ai acheté deux robes, une rouge à motifs fleuris parfaite pour l’été et une robe chasuble dont j’ai toujours rêvé d’avoir ! Les coupes sont belles et très bien ajustées. Il y a une belle collection  de vêtements sobres avec des chemisiers et blouses classiques mais on y trouve tout aussi bien des robes et shorts plus décontractés. C’est un style adapté aux femmes et filles d’aujourd’hui.

La livraison n’est gratuite qu’à partir de 70€ d’achat et se fait par colissimo. C’est très pratique car les colis arrivent vite avec ce type de transporteur. On peut choisir un paquet avec un joli ruban pour 2,50€ de plus (voir photo en dessous) je trouve que c’est une bonne idée pour celles qui veulent offrir des cadeaux. En plus de cela, un tote bag est offert !

 

Pour finir, je recommande cette marque qui propose des vêtements de qualité avec de belles coupes et matières. J’aime leur style qui me rappelle certaines marques telles que Claudie Pierlot ou Comptoir des cotonniers mais avec des prix un peu plus accessibles.

cliquez ici pour découvrir leur site internet.